News Résultats en direct
Paris Saint-Germain

PSG : Rummenigge soutient Messi face aux supporters

17:36 UTC+2 31/03/2022
Messi
Le cacique du Bayern en veut aux supporrters du PSG qui ont hué Messi.

On a beaucoup parlé du fait que Lionel Messi a été hué par les fans du Paris Saint-Germain il y a quelques semaines, après l'élimination de l'équipe de la Ligue des champions.

Après le retour du PSG au Parc des Princes, ses fans ont pris l'initiative de huer presque toute l'équipe contre Bordeaux lors d'une victoire 3-0. Il y a eu des scènes surréalistes, puisque Neymar a été hué même lorsqu'il a marqué le deuxième but du PSG, mais l'attention s'est surtout portée sur Lionel Messi.

L'Equipe a interviewé l'ancien joueur et directeur du Bayern Munich, Karl-Heinz Rummenigge, et a voulu connaître son avis sur la question, dans un article repris par Diario AS.

"Il est clair qu'il n'a pas l'air heureux à Paris. Mais on avait l'impression qu'il prenait un peu d'élan ces dernières semaines. Je me souviens que l'été dernier, les supporters parisiens lui ont réservé un accueil incroyable."

"Un joueur comme lui ne mérite pas d'être hué. Quand je vois des scènes comme ça, mon cœur saigne."

Il a également évoqué le match nul qui a conduit à ces scènes, affirmant qu'il était sur le point de se coucher avant le premier but de Karim Benzema.

"Le Bernabeu est un endroit où des scènes folles se produisent souvent. Si on devait refaire ce match dix fois, Paris passerait neuf fois. Dans le football, il y a des choses qui ne s'expliquent pas. Le PSG a été pris dans un tourbillon".

Rummenigge a également opiné sur les événements directement après le match, alors que le PDG du PSG, Nasser Al- Khelaifi, a perdu son sang-froid et a tenté de chercher les arbitres.

"Cela n'avait pas de sens de perdre la tête. Mais il était clair que celui qui perdait allait mal réagir."

"Nasser est une personne rationnelle, il est en contrôle de lui-même. Il est toujours poli, attentif, mais le football est très émotionnel. La prochaine fois que je le verrai, je lui conseillerai de ne pas aller dans le vestiaire de l'arbitre. Nous ne devons pas oublier qu'il est encore un jeune président".