News Résultats en direct
Mercato

OM : Kamara, Alvaro... Pablo Longoria fait le point sur le mercato

12:12 UTC+1 21/01/2022
Gerson Pablo Longoria Marseille
Le président de l'OM a ouvert la porte à un départ de l'Espagnol et a évoqué la situation contractuelle de Kamara.

L'Olympique de Marseille et son président, Pablo Longoria, ne restent pas les bras croisés en cette période de mercato. Les Phocéens se sont activés dans les deux sens avec les arrivées de Bakambu et Kolasinac combiné au départ d'Amavi. En conférence de presse en marge de la présentation de Sead Kolasinac, Pablo Longoria n'a pas écarté une fin de mercato active pour l'OM et en a profité pour évoquer la situation contractuelle de Boubacar Kamara, en fin de contrat avec son club formateur en fin de saison et qui pourrait, et va selon toute vraisemblance, partir libre en juin prochain.

"Une feuille de route pour le futur"

"C'est une question d'étudier, tous les mercatos ont été travaillés, on a travaillé depuis octobre pour les profils dont on a besoin. Nous essayons de nous préparer pour des choses qu'on ne peut pas préparer et qui peuvent arriver lors des marchés. On ne change pas de stratégie, on a une feuille de route pour le futur, on doit investir pour la formation et la post formation. On va voir s'il y aura des possibilités d'ici la fin du mercato. Je n'aime pas décider dans la pression", a indiqué Pablo Longoria.

OM : Jorge Sampaoli espère encore du renfort lors du mercato

"Pour Bouba Kamara, on a beaucoup discuté. Il y a un respect mutuel, on a eu de bonnes discussions ensemble. Avec tout le monde. Dans la logique, si des choses arrivent et sont bonnes pour le joueur et le club, tout peut arriver. Le respect est important, on va voir la décision pour juin. Ce n'est pas plaisant d'avoir un joueur en fin de contrat. Le respect de Bouba pour ce club est grand aussi. Numériquement nous sommes bons. Avec les arrivées vont améliorer l'effectif, c'est notre opinion. Je crois que numériquement nous sommes bien. Cela dépend des mouvements du dernier jour", a ajouté le président de l'OM.

"Le match contre l'OL ? On ne fait rien d’illégal"

Pablo Longoria a ouvert la porte à un départ d'Alvaro Gonzalez, en manque de temps de jeu cette saison : "La situation d'Alvaro Gonzalez, le temps de jeu a diminué, c'est le principe d'autorité d'un coach de qui il met sur le terrain. Nous on doit le respecter, mais l'obligation du dirigeant est de trouver une solution pour que tout fonctionne. La situation de Luis est ouverte à des discussions. Mais dans son cas, il a besoin de joueur, je crois qu'il peut jouer ici. Même s'il n'est pas efficace, il a donné un impact physique. On a beaucoup de confiance pour lui en son avenir. Il a toutes les caractéristiques pour se développer. Il faut se rappeler qu'il a 20 ans, nous avons confiance en sa progression, on croit en son potentiel".

L’OL privé de ses Brésiliens face à l’OM ?

Le président de l'OM est revenu sur la date fixée pour le match contre l'OL, qui sera privé de Lucas Paqueta et Bruno Guimaraes : "Je crois que l’on a joué à l’intérieur de la légalité, non. On ne fait rien d’illégal. Chacun peut penser qu’il y a des stratégies ou pas mais ce que l’on a fait c’est que l’on a suivi les délais naturels dans toutes les décisions d’appel ou de non-appel. Si on accepte les décisions de la LFP ? Ce n’est pas à moi de commenter s’il y a une date à fixer ou pas. La Ligue a décidé de jouer à cette date. Le fait principal, c’est la responsabilité de la Ligue de déplacer le match à la date disponible la plus proche. C’est assez logique pour le bien de la compétition et pour ne pas altérer le naturel devenir de la compétition".

"C’est aussi vrai qu’il faut se poser, en général, la question. On n’est pas l’unique club a qui a joué trois matchs en moins d’une semaine. Je crois que Lille, avec son match contre Lorient, ils vont jouer dimanche puis mercredi et samedi. Je crois qu’il faut bien réfléchir parce que ce n’est pas habituel en six jours, a estimé le dirigeant olympien. Jouer trois matchs, je crois que c’est l’unique championnat où l’on a cette particularité. On doit surtout protéger les joueurs et le spectacle. C’est un peu serré de jouer trois matchs en six jours mais c’est également vrai que la disponibilité du calendrier est assez limitée. Mettre d’accord tout le monde, je comprends la difficulté de contenter tout le monde", a conclu Pablo Longoria.