News Résultats en direct
Coupe de France

Nantes, Kombouaré : "Un peu d’excitation et beaucoup de sérénité"

20:51 UTC+2 06/05/2022
Antoine Kombouare Nantes
Antoine Kombouaré, le coach de Nantes, est convaincu que ses protégés sortiront le match qu’il faut, samedi en finale de la Coupe de France.

Samedi soir, le FC Nantes a rendez-vous avec l’histoire. Pour la première fois depuis 22 ans, les Canaris jouent la finale de la Coupe de France. Ils sont heureux d’être parvenus aussi loin dans cette épreuve, mais ils n’ont nullement l’intention de se contenter d’une place de finaliste. Même s’ils ne partent pas forcément favoris contre l’OGC Nice, ils sont déterminés d’aller chercher le trophée. Antoine Kombouaré, leur entraineur, l’a assuré.

Le technicien kanak s’est présenté ce vendredi en conférence de presse. Il a livré les sentiments qu’il ressentait à la veille de ce grand rendez-vous. « Très optimiste, très motivé, a-t-il d’abord déclaré. Il y a un peu d'excitation, et surtout beaucoup de sérénité. Il faut bien appréhender cet événement capital pour les clubs et pour les joueurs, pour leur carrière. On est surtout contents d'être là ».

« Essayer de ne pas faire le match avant »

Le FCN va bénéficier d’un soutien appuyé d’un grand nombre de ses supporters. Ils seront en effet des dizaine de milliers à prendre place au Stade de France. Kombouaré a avoué que cela ajoute une part de pression. Une pression qu’il considère cependant positive. « On sent qu'il y a une attente, beaucoup de soutien, une ferveur, des gens qui ont envie d'apporter leur amour, a-t-il indiqué. J'ai la chance, de par ma nature, de prendre pas mal de recul, d'essayer de ne pas faire le match avant. Je suis assez cool. Les gens doivent le ressentir. Le match, on aura le temps de le jouer demain (samedi). Ce que j'aime, c'est qu'on ressent beaucoup de calme chez les joueurs, c'est bien ».

Kombouaré a déjà eu la chance de soulever cette Coupe de France, aussi bien comme joueur ou comme entraineur. Il va chercher à transmettre ce vécu à ses troupes, mais en veillant aussi à ce qu’ils prennent le plus de plaisir possible avec leur propre approche du match. « J'aime aussi que les joueurs vivent leur propre expérience. Les joueurs sont prêts, ils savent ce qu'ils ont à faire. On a passé cinq tours, on a tout connu. On a mené, on a été menés, on a été aux tirs au but. Les joueurs savent, il n'y a pas grand-chose à dire, il faut les laisser faire. Joueur, j'aimais bien que l'entraîneur me laisse tranquille. L'idée, c'est surtout de trouver le juste équilibre entre la pression, beaucoup d'engagement, et beaucoup de contrôle, beaucoup de maîtrise. J'espère surtout un grand match, une belle fête ».

Enfin, à la question s’il s’agissait du match le plus important de sa carrière d’entraineur sa réponse a été la suivante : « Le plus important, c'est difficile à dire. C'est un match particulier, parce que c'est mon club formateur. J'y ai passé 7 ans, j'y reviens comme entraîneur et ça fait longtemps que le club n'est pas revenu ici (2004, finale de Coupe de la Ligue perdue aux tirs au but contre Sochaux). Le plus important, c'est toujours celui qui vient, donc aujourd'hui oui. »