News Matches
Ligue des nations

Equipe de France : Kolo Muani, Fofana, Tchouaméni... premières confidences en bleu

19:44 UTC+2 19/09/2022
France training football
La Coupe du monde, la surprise de leur convocation, la pression de la première, trois des quatre petits nouveaux de l'équipe de France racontent leur

Entre les affaires qui touchent la fédération française de football et le refus de Kylian Mbappé de se présenter mardi face aux sponsors pour une journée de shooting, le début de rassemblement des Bleus n’est pas des plus serein. 

Dans la bulle du château de Clairefontaine, ce contexte Benoît Badiashile, Youssouf Fofana et Randal Kolo Muani, les petits nouveaux qui ont tous connu les Espoirs, ne l’ont pas ressenti. « C’était dans un coin de ma tête mais je n’y pensais pas pour 2022 », affirmait Randal Kolo Muani, auteur d’un excellent début de saison avec Francfort.

Devant la presse, les néo-internationaux ont d’abord confié leur surprise d’être avec l’équipe de France pour les deux dernières rencontres, contre l’Autriche et le Danemark, avant la Coupe du monde (21 novembre au 18 décembre). « Je ne l’avais pas senti venir cette sélection, mais selon vos collègues, ça me pendait au nez, donc je m'y étais préparé », expliquait Youssouf Fofana, milieu de terrain de Monaco.

A deux mois du voyage au Qatar,  ils ont forcément été questionnés sur la compétition qui arrive à grands pas. Et l’approche est différente. « Quand tu es sélectionné pour la dernière liste forcément tu as des ambitions », avouait Benoit Badiashile, défenseur de l’AS Monaco. « Si je suis devant vous c’est que je peux postuler à la Coupe du monde. C’est à moi de prouver aux entraînements et en dehors », lâchait pour sa part Kolo Muani.

Fofana raconte sa première idéale

Interrogé sur ses chances d’être au Qatar, Youssouf Fofana, qui a connu l’INF avant d’effectuer un parcours atypique en passant notamment par les U17 de Drancy, a habilement botté en touche. « Il faut commencer par estimer les chances que j’aurais de jouer jeudi (Autriche) ou dimanche (Danemark). Le Qatar est très loin dans ma tête », avouait le Monégasque.

Comme souvent lors d’une première, les bizuts ont été interrogés sur la pression des premiers pas en sélection. Et comme souvent en des termes assez convenus : « Je dois rester moi-même et ne pas me mettre de pression inutile. Cela ne reste que du football », affirmait Badiashile. « Il faut que je prouve au quotidien ici, et quand je vais rentrer dans mon club », ajoutait Kolo Muani.

Pour cette première, Fofana aura lui la chance de retrouver Aurélien Tchouaméni avec qui il a formé un duo performant à la récupération. « Le retrouver en sélection c’est une chance pour bien m’intégrer dans un groupe. Mais ensuite c’est le coach qui fera ses choix : ce n’est pas d’office le duo Fofana-Tchouaméni qui jouera. »

Auteur d’un bon début de saison avec Monaco, le milieu originaire du XIV arrondissement parisien, s’est aussi confié sur ce que pourrait être le match idéal pour une première en Bleu. « Une bonne mi-temps, des passes vers l'avant, des ballons récupérés. Un match où j'ai été décisif, sans forcément parler but ou passe décisive. Un match où si je sors, le coach me regarde avec le sourire et me dit "bien joué’’. » Premier élément de réponse jeudi soir au stade de France.