News Matches
France

Affaire Le Graët - FFF : Jean-Michel Aulas sort du silence !

12:23 UTC+1 12/01/2023
Jean-Michel Aulas Président OL Olympique Lyonnais
Membre du Comex, le président de l'OL est revenu sur la journée chargée au sein de la FFF ayant vu la mise en retrait de Noël Le Graët.

Noël Le Graët n'a pas démissionné, au grand dam de nombreux observateurs, mais il n'est plus à la tête de la Fédération Française de Football pour le moment. Le Breton a dû se mettre en retrait au terme d'une réunion extraordinaire provoquée par le Comex. Dans une interview accordée à France Info, Jean-Michel Aulas, membre de ce Comex, est revenu sur le mercredi chargé vécu à la FFF avec la mise en retrait de Noël Le Graët après ses propos déplacés sur Zinedine Zidane.

"Le statu quo n'était plus une option"

"La situation était devenue intenable, pour l’ensemble du foot français, les membres de la Fédération et pour Noël Le Graët, un homme tout à fait respectable jusqu’à ce que ces scandales arrivent par le biais de la parole publique. Le statu quo n’était plus une option, il fallait trouver la solution la plus adaptée", a débuté le président de l'OL.

"L’image du football, la crédibilité au niveau des pouvoirs publics qui se sont exprimés dernièrement et pour les dirigeants que nous sommes au niveau de la fédération, il y avait aussi une situation qu’on ne pouvait assumer, reconnaît le dirigeant. Une procédure administrative a été ouverte depuis quelques temps par le ministère des Sports (l’audit, ndlr)", a déclaré Jean-Michel Aulas.

"Il fallait prendre nos responsabilités"

"On a tous été interrogés par les inspecteurs, c’était difficile d’intervenir de manière plus précise avant la fin de cette enquête d’autant que Noël nous a certifiés que le contenu de ce rapport ne lui paraissait pas négatif pour lui. Il fallait prendre nos responsabilités. On avait bien entendu la parole de la ministre (des Sports, Amélie Oudéa-Castéra), des pouvoirs publics. On a fait ce qui permutait de continuer d’instruire la procédure des inspecteurs et puis nous d’exprimer une situation qu’on ne voulait pas assumer", a ajouté le célèbre dirigeant du football français.

Le président de l'OL a taclé Olivier Véran qui a réclamé "un président à la hauteur" : "On est dans un monde fédéral et du football qui n’apprécie pas trop quand les pouvoirs publics s’interposent au niveau de la gestion du football. On en a tenu compte aussi puisque cette déclaration est arrivée lorsque nous étions en réunion. C’est d’une dureté incroyable. Est-ce que l’intégralité des propos doit être pris au premier degré?"

"Ou est-ce une vision prospective qui nous demande de réfléchir et de prendre du recul? On l’a pris comme cela. On était de toute façon dans une réunion qui devait aboutir à un changement. On ne pouvait pas en rester là. La FFF a fait un parcours incroyable sur le plan des résultats sportifs mais aussi sur le plan économique. C’est l’une des fédérations les plus fortes et les plus construites", a conclu Jean-Michel Aulas.