Polyvalent, buteur, travailleur : Jésus est la réponse aux prières d'Arsenal

Gabriel Jesus
L'Ange Gabriel est un joueur qui aime les grands matches, travailleur et polyvalent, qui peut répondre aux prières des Gunners...

Arsenal est sur le point d'acquérir Gabriel Jesus, quatre fois vainqueur de la Premier League, après avoir conclu un accord de 55 millions d'euros avec Manchester City.

Le Brésilien était la cible offensive prioritaire de Mikel Arteta et son arrivée imminente à l'Emirates suscite, à juste titre, beaucoup d'enthousiasme.

GOAL se penche sur ce que les Gunners peuvent attendre d'un joueur qui est devenu une sensation lorsqu'il a rejoint Manchester City très jeune et qui a ébloui, mais aussi parfois frustré, dans les années qui ont suivi...

  1. Polyvalent
    Getty

    Polyvalent

    Depuis son arrivée à l'Etihad Stadium, Gabriel Jésus a été déployé sur tous les fronts en raison de son excellent jeu polyvalent. Qu'il soit chargé de porter le ballon, de se battre dans la surface ou de faire des passes décisives, Jésus a presque toujours répondu aux attentes de Pep Guardiola.

    Même en tant que numéro 9, son jeu était malléable, qu'il soit chargé de jouer en tant que prédateur dans la zone des six mètres, fer de lance contre les équipes qui tentent d'exercer un pressing haut, ou qu'il s'efface en tant que faux neuf, créant des espaces pour les milieux de terrain.

    De même, il a été efficace dans différents rôles lorsqu'il a joué comme ailier. Il a été efficace en tant qu'ailier de la vieille école, longeant la ligne de touche, en tant qu'attaquant intérieur repiquant dans l'axe ou en tant qu'ailier chargé de compléter le milieu de terrain. Son passage à Manchester City peut être caractérisé par un altruisme qui a toujours fait passer l'équipe avant toute gloire personnelle.

  2. Travailleur
    Getty

    Travailleur

    Depuis sa première titularisation lors de la victoire 3-0 contre Crystal Palace en janvier 2017, le travail acharné de Gabriel Jésus s'est imposé comme un attribut clé. Pep Guardiola a voulu que son équipe presse les adversaires haut sur le terrain et cela commence par l'attaquant mettant les défenseurs centraux sous pression.

    Jesus, à son crédit, a su instinctivement ce qu'il fallait faire et cela a immédiatement mis la place du légendaire attaquant Sergio Aguero en danger. L'Argentin s'animait lorsque City avait le ballon, mais il n'était pas toujours le plus efficace lorsque l'adversaire contrôlait la possession du ballon.

    Mais Aguero a appris de son jeune coéquipier et son rythme de travail accru, associé à son incroyable taux de réussite, lui a permis de rester l'avant-centre de prédilection de City, même si Jesus a toujours été mis à contribution lorsque le travail de pressing est essentiel, comme lors de l'époustouflante victoire en Ligue des champions contre le Real Madrid en 2020.

  3. Aime les grands matches
    Getty Images

    Aime les grands matches

    Pep Guardiola a souvent fait appel à Jésus pour les grands matches et a été récompensé par des performances et des buts importants. La victoire contre le Real Madrid au Santiago Bernabeu a été un moment décisif pour l'ascension de Manchester City en Ligue des champions, en battant l'une des élites sur son propre terrain, avec un Gabriel Jesus chirurgical, marquant un but d'égalisation dans une performance haletante.

    La saison dernière, il a débuté la double confrontation contre Chelsea et Liverpool, marquant à Stamford Bridge et offrant une passe décisive à Phil Foden à Anfield. Jesus n'a pas débuté de match de Premier League pendant trois mois après le Nouvel An, en partie à cause d'une blessure, mais il a été rappelé pour le match crucial contre Liverpool en avril et a ouvert le score.

    Il est également révélateur qu'alors que Manchester City poursuit son rêve de Ligue des champions, il a débuté les deux matches de demi-finale contre le Real Madrid, marquant à l'Etihad et étant titularisé lors du match retour en Espagne.

  4. Potentiel
    Getty Images

    Potentiel

    À seulement 25 ans, Jésus entre dans la fleur de l'âge et peut encore s'améliorer. À Manchester City, il s'est toujours battu pour être titulaire et n'a jamais réussi à convaincre les fans qu'il avait sa place dans le onze le plus fort. Le transfert à Arsenal pourrait lui donner plus de liberté et l'attention soutenue d'un entraîneur comme Arteta, qui le connaît bien pour l'avoir côtoyé à l'Etihad en tant qu'assistant de Guardiola, pourrait le faire se sentir encore plus aimé.

    Techniquement, Jésus a tout ce qu'il faut pour devenir une star : il va vite balle au pied, est rapide, a de la force, de bons mouvements et la capacité de jouer des deux côtés. En plus de cela, il a l'expérience du travail dans un environnement où l'on est habitué à gagner et il peut apporter une partie de cette mentalité à l'Emirates et s'épanouir dans une équipe jeune et affamée.

  5. Confiance
    Getty/GOAL

    Confiance

    Alors que Manchester City aurait été heureux que Jésus reste, son départ est le résultat de cette incapacité à obtenir un rôle de titulaire. Si la profondeur des options offensives de Guardiola a joué un rôle, un manque de confiance a également été un facteur important, Jésus ayant parfois du mal devant le but.

    "Je veux me tirer une balle dans la tête", a-t-il déclaré en 2019 lorsqu'on l'a interrogé sur les occasions manquées, et c'est un problème qui a persisté tout au long de son séjour à City. Ses buts arrivent souvent par séries, avec six de son total de la saison dernière arrivés en trois matchs à la fin du mois d'avril, après avoir marqué seulement deux fois lors de ses 20 apparitions précédentes.

    Il a également ressenti la pression d'être prolifique pour le Brésil, en particulier après avoir échoué à marquer lors de la Coupe du monde 2018, et son récent but contre la Corée du Sud était son premier pour son pays en 10 matchs. L'espoir sera que le fait d'être un titulaire quasiment indiscutable donnera à Jésus la confiance et la régularité dont il a besoin pour se révéler un buteur fiable.

  6. Poste
    Getty Images

    Poste

    Pourtant, le grand point d'interrogation qui plane au-dessus de la tête de Jésus concerne sa position : Quel est exactement son meilleur rôle ? Au début de la saison dernière, il souhaitait jouer en tant qu'ailier, mais la recherche infructueuse de Harry Kane (Tottenham) par Manchester City a fait qu'il a souvent débuté en tant que numéro 9.

    Certes, il a bien commencé la saison sur le côté droit de l'attaque mais, au fil de la saison, il a semblé plus à l'aise en jouant dans l'axe. Alors que Guardiola était peut-être reconnaissant pour cette flexibilité, le sélectionneur brésilien Tite a été frustré de ne pas savoir comment utiliser Jésus le plus efficacement possible.

    Si Jesus doit devenir l'influence majeure qu'Arteta espère qu'il sera, la première tâche des Gunners est de déterminer où il serait le mieux faire jouer sur une base régulière. S'ils y parviennent, Arsenal aura un joueur sensationnel sur les bras.